Le Carnaval : La légende du masque

Le Carnaval est une des fêtes les plus populaires et traditionnelles en France. Se couvrir d »un masque fait partir du rituel. Découvrez l »histoire et l »origine du masque de carnaval !’, ‘


\r\n

Le Carnaval, tradition séculaire !

\r\n

Traditionnellement liés à la fête chrétienne de Mardi gras, les carnavals sont très répandus en Europe et en Amérique . C »est le moment de l »année ou les personnes sortent déguisées (voire masquées ou bien maquillées) et se retrouvent pour chanter, danser, faire de la musique dans les rues, jeter des confettis et serpentins, défiler lors d’une parade comme à Nice, Dunkerque, Rio, et bien d »autres ! En France, de nombreux carnavals, connus ou moins connus, se réalisent chaque année dans nos villes durant la période février et mars, ils permettent aux habitants de créer des atmosphères originales et des thèmes aussi festifs que colorés.

\r\n

 

\r\n

Les masques de carnaval : entre mythe et réalité. 

\r\n

 

\r\n

\r\n

 

\r\n

Comment fêter le carnaval sans ses masques, accessoires incontournables ? Par moment objets de culte, accessoires de théâtre puis de déguisement, les masques représentent l’un des symboles indélibiles de cette grande tradition festive. La coutume de porter un masque en certaines occasions aurait des origines ancestrales remontant à la découverte de « l »homme au masque » dans la grotte des Trois Frères en Ariège, soit à l »ère paléolithique, entre 15.000 et 10.000 ans avant Jesus Christ. 

\r\n

 

\r\n

La principale caractéristique du port du masque a toujours été de préserver l »anonymat de celui qui le porte. 
Bien avant de devenir un symbole du Carnaval, les masques ont été utilisés lors de cérémonies rituelles et de représentations scéniques. Dans l’Antiquité, les masques étaient des objets dévoués au culte dionysiaque et dans les cérémonies funèbres. Sur le continent africain, le masque reste un accessoire incontournable lors des processions rituelles, pour incarner un esprit ou un ancêtre. Les masques occupent aussi une fonction importante au théâtre. Pour les grecs et les romains, le masque  permettait non seulement de jouer différents personnages, mais aussi d’amplifier la voix des acteurs. Cet accessoire se retrouve sur tous les continents dans le théâtre masqué balinais, la Commedia dell »arte ou le nô japonais… 

\r\n

 

\r\n

\r\n

 

\r\n

 

\r\n

C’est à partir de la période médiévale que le masque a été utilisé comme déguisement. 
Un temps mis de coté au profit du maquillage, l »objet masque est réapparu sous la forme du loup sous le règne de François Ier. Sous Louis XIV, les artistes des ballets dansant pour le Roi avaient le visage masqué d »un loup. 

\r\n

 

\r\n

 

\r\n
\r\n
\r\n
 
\r\n
\r\n
 
\r\n
\r\n
\r\n
\r\n
 
\r\n
\r\n
 
\r\n
\r\n

 

\r\n

 

\r\n


De nos jours, les masques du Carnaval peuvent aller du simple loup aux constructions les plus élaborées, en papier mâché, en bois, peints, ornés de plumes ou de joyaux… Mais leur fonction est restée la même : cacher le visage des participants pour leur permettre d’inverser les rôles et de transgresser les interdits. Tout un chacun a ainsi la possibilité de sortir caché et de s’amuser en toute liberté.

\r\n


\r\n


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *